2010/19 : mon top 50 à moi, par Monsieur M

0
135

Voici les 50 albums que je suis censé avoir préféré sur la décennie 2010 / 2019.

Je suis seulement censé, parce que quand on est un gros consommateur de disque, ce genre d’exercice peut très vite tourner au cauchemar, et si vous me reposiez la question demain, la réponse serait sans doute différente… Mais, en général, le premier choix est le meilleur et, comme on dit dans les studios d’enregistrements, one take, good take.

Ceci dit, afin d’être à peu près certain de mes choix, j’ai préparé cette liste il y a déjà quelques semaines, et j’ai eu le temps de laisser reposer mes choix : Il s’agit là de mon top 50 de la décennie… J’en suis certain à 75%, et ce n’est déjà pas si mal…Il n’y a aucun classement, si ce n’est pas ordre alphabétique et vous découvrirez au fil de ces lignes, toujours à mon humble avis, l’album qui est le meilleur de la décennie.

Bonne lecture, bonne(s) écoutes(s)!

The apartments : No song, no spell, no madrigal

Il a failli être mon album de la décennie. Merveille pop, ce one man band est sans égal. Beauté et mélancolie irradiante.

The Apartments - Black Ribbons (Spring Mix)

Boards of Canada : Tomorrow’s harvest

Chacun de leurs albums est un délice intemporel, celui-ci ne fait pas exception. Electro hyper inspirée et planante.

Camera : Radiate

Néo Krautrock? Fondamentalement indispensable à tout fan de Neu.

Claypool Lennon Delirium : Monolith of Phobos

Longtemps, le mot “prog” m’a filé la chair de poule et, vous pouvez me croire, pas dans le bon sens du terme. Cet album fait vraiment partie de ceux qui m’ont radicalement fait changé d’opinion. Une écoute par semaine au minimum.

Allah-Las : le 1er éponyme

Leur quatre albums sont excellents, mais il fallait en choisir un seul : Tu viens de faire une super session VTT ou skate avec tes potes, tu es en terrasse devant une pinte archi fraîche face à la mer, le soleil resplendit et la soirée s’annonce radieuse? Ecoute les Allah-Las, ce sera parfait.

Beak : 3

Encore un album pour fans de Krautrock. Les 3 albums sont sans fautes, celui-ci est juste moins minimaliste et plus orchestré et accessible. Musique très immersive.

David Bowie : Black Star

On ne peut rêver meilleur album pour clore une vie. Une sorte de monument indéfinissable, unique pour un artiste unique. 

David Bowie - Blackstar (Video)

Nick Cave : ghosteen

Magnifique et profond. À écouter seul et dans le noir.

Fidlar : debut lp

C’est très punk, c’est brut, C’est jouissif comme une montée de speed.

fleet foxes : helplessness blues

Les Beach Boys font de l’Americana. 2 univers qui se télescopent à merveille, sans faire d’étincelles, seulement un grand disque.

Fontaines DC : Dogrel

Succès hyper mérité. Un des tous meilleurs albums anglais de ces dernières années.

forever pavot : ?

J’hésite entre « La pantoufle «  et « rhapsode ». Peu importe, choisissez. De la pop à l’ancienne, de la pop d’artisan, un hommage aux grands maîtres de la musique de films. A ce niveau là, on a un pied, voire les 2, dans la virtuosité.

Future of the left : Travels with myself and another

La suite de McLusky. La brutalité en finesse, une équation complexe à résoudre pour la terre entière, mais visiblement pas pour le gang gallois . Et un son….

Future of the Left - Arming Eritrea (Official Live Video)

Gallon Drunk : The road gets darker from here

Je les adore, depuis longtemps. Il me font penser à mes potes, ils pourraient être mes frangins. Une forme d’absolu rock’n’roll.

Jacco Gardner : Hypnophobia

Petit génie pop, il rend hommage brillamment et magnifie la musique des 60’s et des 70’s.

Githead  : Waiting for a sign

Du Wire bis, en différent et en tout autant indispensable.

Grinderman : 2

Sauvage, brut. J’y reviens en permanence. Comme on reviendrait à Birthday Party ou au Bad Seeds, c’est à dire indéfiniment.

PJ Harvey : The Hope 6 demolition project

Ai je besoin d’argumenter? Un top album sans Pj Harvey? Hein?

Idaho : You were a dick

Libération avait titré, dans un article sur eux : «  la perle la mieux gardée de la pop ». C’est exactement çà. On n’est jamais très loin de Sparklehorse.

Idles : Brutalism

Le chainon manquant entre Jesus Lizard et Mclusky, 2 groupes que je vénère.

The Jon Spencer blues explosion : Meat + bone

Des couilles, du sang, du rock’n’roll. On y revient toujours.

Hanni el Khatib : Moonlight

Un outsider que j’apprécie vraiment beaucoup. C’est vraiment très bon.

Kadavar : Abra Kadavar

Tu aimes Black Sabbath? Leur son rugueux t’a marqué la gueule, et tu n’en a pas eu assez? Kadavar. Ça joue, c’est lourd, tu as 17 ans pour toujours, et tu kiffes les pattes d’eph.

KADAVAR - Doomsday Machine (OFFICIAL MUSIC VIDEO)

Khruangbin : Con todo el mundo

Intemporel, apaisant, inclassable. Du funk de road trip ou de l’Americana qui groove, Je ne saurais dire, mais c’est très bon.

King Gizzard & the LW : Gumbot Soup / Flying microtonal bananas

Deux albums hyper différents pour ces virtuoses du changement, à vous de voir . Certainement l’un des groupes les plus inventifs de la décennie passée. Déjà, faire du garage en microtonal, c’est juste énorme.

Last ex : Last ex

Deux musiciens de Timber Timbre sortent un disque, et c’est vachement mieux que Timber Timbre. Un très gros classique dans ma discothèque.

Mad river : Shining

La voix de Kim, la fraîcheur des compos. Parfait disque de rock made In France qui collerait une trempe aux ricains. Et un des disques préférés de mon fils.

Jay Mascis : several shades of why

En solo, il est bien meilleur, de très loin même, que sur les derniers albums de Dinosaur Jr. Il y a du Nick Drake chez Jay Mascis, et c’est très bon quand il se décide à le montrer.

Massive Attack: Heligoland

Bien plus abouti que le précédent, ils renouent, en faisant encore une fois la preuve de leur talent sans égal, avec leur grandeur passée.

Midlake : Antiphon

Un phare dans la pop. Splendide. Ce groupe est bien trop méconnu, c’est vraiment une injustice.

Midlake - Antiphon [Official Music Video]

Thurston Moore : Demolished thoughts

Dans le tirage de bourre post Sonic Youth auquel se livrent Thurston et Lee, il n’y a pas de gagnant, exceptés nous. En voici encore une preuve.

Bob Mould : Beauty and ruin

Sa constance force le respect. Il ne se passe pas une semaine sans que j’écoute un disque sur lequel il figure, et celui-ci est particulièrement réussi.

The Notwist : Close to the glass

Chacun de leurs albums est différent, des anti-Ramones, en quelques sortes. Bientôt 30 ans qu’ils sont là, avec quelques perles à leur actif, dont cet album. Si vous êtes curieux, allez jeter une oreille à leurs projets parallèles, comme Console (le live à Beaubourg est magique) ou Lalli Puna.

Thee Oh Sees : Smote reverser

Dur, très dur d’en choisir un seul, mais c’est Smote Reverser qui a gagné.

Oxbow : Thin black Duke

Chef D’oeuvre. Il est l’album de la décennie, pour moi.

OXBOW "COLD & WELL-LIT PLACE"

Mike Patton : Mondo Cane

Splendide hommage à la musique italienne des 60’s. Indispensable à tout fan d’Ennio Morricone (dont je suis).

Primus : Green Naugahyde

Un disque de bassiste. Il en fallait un, et celui-ci est vraiment très bon. Plus j’y reviens, plus je l’aime.

Lee Ranaldo : Electric Trim

J’ai hésité avec Between the times & the tides, mais j’ai fini par choisir son dernier en date. Lee est, à mon avis, l’âme guitaristique de Sonic Youth et il s’en affranchit avec virtuosité sur cet album.

Laetitita Sadier : Find me finding you

En cette sordide période que nous vivons, ce disque fait fondamentalement partie de ceux qui nous réconcilient avec le genre humain, et il n’y en n’a pas tant que çà. Pop lumineuse.

The Sea and Cake : Any day

Je suis certainement l’un des plus grands fans de the Sea and cake sur cette planète, donc impossible qu’ils ne figurent pas dans ce top. J’ai mis leur dernier album par défaut.

Michael Head & the Elastic Band : Adios Señor Pussycat

L’injustice qui entoure la carrière de Michael Head me débecte. Cet album est une merveille, comme pratiquement tout ce qu’il a fait, et j’emmerde ceux qui ne sont pas d’accord.

Shellac : Dude Incredible

Le Shellac de la décennie. On retrouve pas mal des points (poings?) qui m’avaient fait tomber en adoration de At Action Park, ça suffit pour qu’il figure dans mon top de la décennie.

Slowdive : Slowdive

Cet album est superbe, il est très rare que j’accroche à un album de come back, mais il s’agit là de leur album que je préfère.

Sparklehorse & Danger Mouse : Dark night of the souls

Parce que Mark Linkous me manque, parce que je n’aurais plus jamais le plaisir de décellophaner son nouvel album avant de le glisser avec gourmandise sur la platine. Et puis parce que c’est le seul qui soit sorti durant cette décennie.

Le SuperHomard : Meadow lane park

Superbe album. C’est ensoleillé, c’est frais. J’ai envie de rouler en Alfa Roméo Giulietta Spider décapotée, en bord de mer et avec mon amoureuse, quand j’écoute cet album.

LE SUPERHOMARD - Meadow Lane Park (360° VR Experience) [Official]

Tahiti 80 : The past, the present & the possible

Pop, brillant, un sans faute. Inconnus en France, des stars au Japon. Va comprendre, Charles. D’ailleurs, le général avait sans doute raison : Les français sont des veaux.

Tame Impala : Inner speaker

Le retour du Psychédélisme par la grande porte. Album splendide.

Tomahawk : odd fellows

Ce n’est pas mon préféré d’eux, mais je suis immensément fan de ces musiciens. Ils pourraient chier dans un pot de chambre et s’enregistrer, ce serait encore très au dessus de la mêlée.

We Insist : Wax and wane

Ce groupe est un des trois ou quatre meilleurs groupes français en activité à l’heure actuelle. Plus ils avancent dans leurs albums, meilleur c’est. Achetez-le. J’insiste.

Yo la Tengo : There’s a riot going on

C’est comme Bob Mould, ce sont de trop vieux compagnons, ils doivent figurer dans cette liste. De plus, ça tombe bien, leur dernier album est un très bon cru.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici