Captain Beefheart : Don et son beau costume très classe

0
258

Tout fier, Don Van Vliet présente sa nouvelle tenue, faite sur mesure par un tailleur hyper connu spécialisé dans les fringues de rodéo. Elle lui a coûté une fortune, enfin façon de parler, presque toutes les avances faites par le label pour financer l’enregistrement y sont passées ! Nouveau costume, nouveau look rassurant mais un peu kitsch quand même non ? Nous sommes en 1972 et la situation est la suivante : Don et le Magic Band vivent en communauté dans ce qui ressemble fort à un taudis. Les substances illicites coûtent cher, les albums ne se vendent pas, et sans l’aide de papa et maman, il n’y aurait rien à bouffer en rentrant le soir. La semaine précédente, une réunion chez la Warner n’a pas arrangé les choses. « C.O.M.M.E.R.C.I.A.L » « Il faut faire du commercial Don, les cris, les bruitages, les morceaux sans queue ni tête c’est TER-MI-NE. »

Il n’est pas contre, Don, il en a un peu marre de ramer tout le temps. Et donc il se ramène avec son nouveau costume chez ses potes du Magic Band. Pas très enthousiastes les Magic, ni pour le costume, ni pour le nouveau projet « The Spotlight Kid ». D’autant plus qu’ils n’apparaîtront plus sur la pochette. De « Captain Beefheart and his Magic Band », on passe à « Captain Beefheart » tout court. A vrai dire, l’ambiance n’est pas terrible, et Don n’est pas facile à vivre. Et certains membres du Magic se rendent en studio avec des pieds de plomb.

Alors « The Spotlight Kid » est-il un beau bébé ? C’est un petit bébé (36 minutes) mais il a beaucoup de caractère ! Dès le premier morceau « I’m gonna booglarize you baby », on sent bien que Don fait un effort pour chanter plus calmement ; probablement que son nouveau costume le gêne un peu, il a peur de craquer les coutures. Chassez le naturel…il revient au galop. Il a tenu 2 minutes et 30 secondes, Don, avant de se lâcher : ça crie, ça éructe, ça grogne, c’est tout bon. Mais franchement, Don, on te demande de faire du commercial, tu vois le genre de truc que les familles américaines écouteront le dimanche en rentrant de l’église ou du temple. Tu crois vraiment qu’avec un titre pareil ça va le faire ? Le reste de l’album est à l’avenant : un blues rock bien poisseux, parfois un peu ..hum..je dirais bancal ..des rythmes syncopés et boiteux viennent nous rappeler que Don n’aime pas trop les lignes droites. « Click Clack » en est un bel exemple : un vrai casse-tête rythmique. « Grow fins » est pratiquement un copier-coller de « Blabber ‘n smoke », mais c’est ça le blues Baby. Seul « Alice in Blunderland » dénote un peu : instrumental poussif et franchement mou.

Un très bon album qui ne changera pas grand chose malheureusement. Pas assez commercial pour les uns, pas assez expérimental pour d’autres qui ne jurent que par « Trout Mask Replica ». Mais bon, entre nous : qui a déjà écouté « Trout Mask Replica » en entier ? Le problème, Don, c’est que tu as toujours été beaucoup trop en avance sur ton temps. D’ailleurs ton bébé « The Spotlight Kid », eh bien il n’a pas pris une ride !

Captain Beefheart - I'm Gonna Booglarize You Baby
Captain Beefheart - Click Clack

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici